[Campagne - Terminée] Le Cube

    Partagez
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Ven 21 Juil - 9:27




    Je peux encore sentir sa lumière... rassurante. Douce. Il s'est dévoilé à nous alors que nous errions dans les ténèbres. Je... Je ne me souviens plus vraiment. C'est si flou. On a été appelé et... Oui ! Pas par une voix, ni des visions. Non, mais nous devions suivre ce signe, comme si l'instinct nous guidait aveuglement vers cette source. Mystérieuse, oui mais qui ne nous semblait pas inconnue. Et c'est là, au cœur des ombres, qu'il s'est illuminé. Puis... puis plus rien.

    J'ai le sang de mes frères sur mes mains. Je le sais. Cette chose m'a forcé à les tuer, et j'ai obéi. Je crois ? C'est encore trouble dans mon esprit. On... Ca hurlait de partout. Des galleries jusqu'à la salle de repos. Et la pierre s'est mise à ruisseler de sang. Le nôtre. Ou plutôt, le leur. Je sais qu'il est venu à moi. MOI. J'ai du le défendre et j'ai quitté ce tombeau obscur, en sa compagnie. Il m'appartient. Je... Sa lumière me guide. Elle me réconforte. J'arrive à mon village. Mes enfants...

    Oh... Qu'ai-je fait, Hymdir ? Pourquoi... pourquoi m'avoir choisi ?






    Mini-campagne
    ~ Le Cube ~

    Une importante mine de cuivre située dans les contreforts des montagnes de Hautevue s'est muée dans un silence troublant. Un détachement de protecteurs y avait même été placé tant sa sécurité était prioritaire. La cuivre extrait était acheminé jusqu'à Vardemald où il était aussitôt traité et vendu à des marchands du clan Barbe-de-bronze. Généralement, le cuivre servait d'alliage pour les tromblons et les engrenages de chars, d'où son importance pour l'Alliance et l'économie Forgerage.

    Pourtant, depuis une semaine, rien de vivant ne semble sortir de cette mine que l'on nomme dans le coin "Le Trou de Brayemont". La guilde des mineurs de Thorymdir s'en inquiète et a envoyé quelques prospecteurs en avant, afin qu'ils mènent l'enquête. Sans succès, car les nains n'osent s'aventurer dans les tréfonds de la mine. Ils y parlent d'une... malédiction. Les chariots sont immobiles et l'immense ascenseur qui permet d'accéder aux profondeurs est inerte. Avec le retour des guerriers du clan revenant fraîchement de leur campagne au Rivage Brisé et la chute provisoire de l'Arkalum Nanik, la première étape sera de sécuriser la région de Thrakan'raz. Une équipe de guerriers devra cependant éclaircir le mystère de la mine silencieuse et découvrir ce qu'il s'y trame...

    Durée : 5 évents (dont 3 principaux) étalés sur trois ou quatre semaines suivant les disponibilités.
    Objectif : Il s'agit d'une petite campagne qui nous amènera à enquêter sur une mystérieuse affaire.
    Note : Il s'agit de ma première campagne entièrement ficelée par mes soins. Aucun système d'évent particulier, si ce n'est la chance des /rand !


    Dernière édition par Eldrid Forgerage le Dim 10 Sep - 10:10, édité 1 fois


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Mar 25 Juil - 14:27


    Carnet de campagne
    ~ Eldrid Forgerage ~



    Mission : Exploration de la mine du Trou de Braymont.

    Guerriers :
    - Brynhildr Scandefer (cheftaine de groupe - épreuve de la Sagesse)
    - Le Thane Arnskar Forgerage (incognito dans la mesure du possible)
    - Eldrid Forgerage
    - Azar Poing-de-bronze
    - Gordrim Dokrison
    - Harvi Forge-doré
    - Dolhime Barbe-de-fer (étranger)




    Comment en est-on arrivé là ? Notre clan est-il maudit, condamné à la souffrance et aux malédictions ? J'en viens à me poser des questions... et les Ancêtres semblent silencieux. Même Gur, protecteur des montagnes, n'a rien fait, si ce n'est rugir dans sa caverne. Mais peut-être dois-je vous conter ce que nous avons vu, dans les profondeurs de Brayemont. Alors, vous comprendrez mes doutes et la peur qui commence à prendre racine dans mon cœur. Pas une peur lâche, ni de môme, mais une peur froide et aveugle ; Celle qui voit son clan sombrer dans l'abîme, impuissant à arrêter sa chute.


    Spoiler:

    Le Cube...

    Nous avons fait route à partir de Vardemald. Direction ? Le Trou de Brayemont. Cette mine est d'une importance capitale pour l'économie du clan, son cuivre et son fer aidant l'Alliance, tout en permettant aux miens de se remplir leur poche d'or. "Pas de fer, pas de guerre." Un dicton des Forge-doré. Située dans les hauteurs ouest des montagnes de Hautevue, notre troupe guerrière a rapidement découvert les lieux désolés de la mine. Là-bas, le sol est d'ocre, poussiéreux et ravagé par des décennies de coups de pioches et de marteaux. Les mineurs ont creusé une véritable carrière sur le flanc d'un mont de granit, jusqu'à piocher un tunnel qui s'enfonce dans les tréfonds du monde. Sur place, nous n'avions rien vu de vivant. Ou de malsain. Seulement des tentes vides, des chaudrons sans feu et des outils laissé à l'abandon. Aucun garde, ni âme naine dans les environs. Seul un éclat lumineux brilla sous les reflets du soleil, dans les hauteurs qui surplombaient la mine. Sans doute un bout de verre. Ou une lunette de géologue. Brynhildr préféra s'enfoncer directement dans la mine, sans perdre de temps.

    Pénétrant dans les galeries, encore éclairées par des lanternes et autres lampes à huile, nous avons rapidement découvert deux nains qui s'agitaient à l'entrée d'une seconde galerie. Mais je note qu'une odeur nauséabonde venait nous fouetter les narines, et qu'un bruit, un bourdonnement incessant, vibrait dans l'air lointain. Sur nos gardes, la cheffe de troupe s'empressa de questionner les deux nains. Plutôt intriguant, mais ils n'avaient rien de dangereux. Ces deux gaillards, Bron et Harvir, respectivement l'oncle et son neveux, ont été envoyé par la Guilde des Mineurs avec deux autres nains. Il semble que leurs compagnons de route aient décidé de s'enfoncer plus bas, il y a de ça quelques heures. Bron attendait leur retour avec angoisse, mais il ne pouvait cacher sa joie en nous voyant arriver. Aussitôt les discussions closes, nous avons nous aussi prit la route des abysses, nous enfonçant toujours plus dans les tréfonds de la montagne.

    Les mots me manquent pour décrire le carnage qui nous fit face. Après des minutes à arpenter un tunnel étroit, toujours plus puant et bruyant à chaque pas que nous faisions, notre groupe déboucha sur une immense salle. Sans doute le cœur de Brayemont, là où les minerais étaient les plus abondants. Mais au lieu de découvrir des mineurs et des contremaîtres, d'habitudes si aptes à creuser la roche, se fut un charnier sans nom qui se présenta à nos yeux. Putride. Des corps s'entassaient partout et les cadavres étaient éparpillés aux quatre coins de la caverne. Des mouches, noires et piquantes, tournaient en nuée autour des carcasses de nains qui portaient, à notre grande horreur, des habits de mineurs. Certains avaient même l'équipement des soldats du clan... Avec les mouches qui vrombissaient comme l'orage, s'attaquant parfois à nous, des cohortes de rats grouillaient sur les morts, dévorant ce qu'il restait de chair. J'ai vécu le Norfendre, et vu la mort du Fléau, mais on ne s'habitue jamais à ce genre de spectacle. L'odeur de putréfaction manqua de nous faire vomir, tous, mais il nous fallait pourtant continuer de progresser... et traverser le charnier. Car à l'autre bout, un tunnel dégagé de tout corps sembla indiquer une sortie.

    Au moins, nous savons la raison du manque de nouvelles du Trou de Brayemont. Même si, au fond de nous, nous redoutions cet épisode sinistre...

    Avec du mal, et en évitant de marcher sur les carcasses de nos frères, nous sommes finalement arrivé au-devant de la galerie. L'étranger, Barbe-de-fer, étudia en détail la paroi de cette nouvelle entrée et il nous avoua qu'elle fut très récente. Pire encore ! D'après lui, les coups de pioche et de maillets ont été donné de l'intérieur, ce qui prouve que quelque chose est sorti de ce tunnel. Toujours d'après Dolhime, le travail a été saccadé, rapide et mal réalisé. Est-ce qui a provoqué la mort de tous les nains du Trou de Brayemont ? La question heurta nos sens, mais la jeune Scandefer préféra s'enfoncer dans la cavité. La réponse à nos questions se trouvait certainement au fin fond de cet endroit...

    Alors que nous progressions, chassant les dernières mouches qui cherchaient à nous dévoraient la peau, le décor changea doucement autour de nous. Les murs bruts de roche laissèrent bientôt place à des pans de murs sculptés, à des colonnes dressées et à un sol non plus de terre, mais fait de mosaïques délabrées. Puis nous passâmes une nouvelle entrée, immense celle-là, où deux moitiés de jambes de statue encadraient la porte de pierre. Visiblement, cette partie de la mine est plus ancienne que tout autre. Peut-être plus vieille que le clan. Que les nains. Au fur et à mesure, tournant dans des couloirs étroits mais toujours beaux et intacts à chaque mètre, notre groupe approcha d'une sorte de chambre qui débouchait sur une salle plus vaste. Aveuglé par cette découverte, alors que nous étions encore dans le tunnel, nous n'avons pas senti les choses qui nous observaient depuis... des minutes ? Les créatures tombèrent sur nous, comme une avalanche, hurlante comme des bêtes. Elles surgirent des murs, du plafonds, et je dois avouer être peu surprise lorsque j'ai réalisé qu'ils s'agissait de troggs. Mais ceux-là étaient différent. Leur peau était de pierre...

    On a rapidement engagé le combat. Le Thane montra l'exemple, éclatant un trogg en lui pulvérisant son crâne. A la suite, les autres guerriers du groupe concassèrent en petits morceaux les monstres, plus grands et résistants que les troggs de la surface. J'ai déjà entendu des légendes raconter des rencontres avec des êtres de pierre, mais je n'y ai jamais vraiment cru. Maintenant, je sais que chaque histoire garde en elle une part de vérité... Un par un, les troggs mordirent la poussière. En retour, ces derniers blessèrent le Thane avec un coup de lance, et moi-même, j'ai du subir une entaille au crâne. Les autres n'ont eu que des bleus et des coups. Au final, nous avons poursuivis notre avancée et avons découvert la salle, qui baignait d'une lumière amande, provoqué par des pierres de lumière qui sertissait le plafond. Ce dernier simulait une voûte celeste, et nos yeux découvrirent une pièce d'un autre âge. Une salle qui n'aurait jamais du être ouverte...

    Je dois avouer que je connais mal la légende des "Titans". Difficile à croire. Des géants qui ont le don de la vie ? Quelques Barbe-de-bronze semblent pourtant les vénérer, comme nous aimons Hymdir et les Treize. Je pense que cette salle devait abriter les premiers nains, avant même la fondation de notre clan... Ou peut-être est-ce une salle d'un autre peuple, aujourd'hui disparu ?... Je ne sais pas. Et je m'en moque.

    Au fond de la chambre, il y avait un socle présenté. Haut, en marbre, et où une lumière tombait sur lui. Malheureusement, ce dernier était vide ; Rien de reposait sur sa pierre. Et ça ce moment, alors que nous découvrions la salle, un grondement tonna. Puis un second. Au troisième, qui manqua de nous faire valser, un pan de mur s'arracha complètement et c'est avec effroi que nous vîmes des bras immenses en surgirent. Puis un torse. Dès que les débris et la poussière retombèrent au sol, un colosse se découvrit devant nous. Ce monstre de pierre, tel les golems de pierre ou de glaise qui hantent les forêts, était magnifique. Mais aussi terriblement haut, de ses cinq mètres. Ce colosse commença à parler en nain, citant des phrases dénués de sens, parlant de "protocole" et de "défense enclenché. Sans oublier le "Cube" qu'il répétait sans cesse. On avait guère le choix. Le clan ne recule pas devant un combat, et celui-ci semblait être de bon augure... Brynhildr sonna la charge.

    La stratégie fut rapidement mise en place. En premier venait la mise au sol. On lui a broyé les jambes jusqu'à ce qu'elles cèdent sous nos coups furieux. On a mi toute notre rage, et après maints efforts, ses guiboles de roche s'écrasèrent à terre. Et lui avec. Sûr, on a subi pas mal de blessures en retour. Azar des Poing-de-bronze a même eu son épaule déboité. Puis est venu la seconde phase ; Le priver de ses bras. Encore une fois, la tâche fut délicate tant le géant frappait de toute ses forces les alentours, furieux. Malgré tout, nous avons réussis à la priver de ses pognes, évitant de justesse d'être écrasé par le colosse qui s'était mis en tête de nous rouler dessus. A la fin, il ne restait que son tronc et sa tête, entièrement faite dans un alliage de métaux inconnu de mon savoir. Je ne suis pas forgeron, après tout... Reprenant notre souffle, notre troupe commença à s'exprimer sur ce qui a pu se passer. Beaucoup de divagations, de doutes, de "peut-être" et de suppositions de la part de tous les nains.

    Le plus pressent semble cependant la disparition du fameux Cube, dont ne cessa de parler le colosse. Ce dernier ne semblait d'ailleurs pas très coopératif de ce coté-là, répétant les mêmes phrases, en boucle. Gordrim et Harvi eurent beau cogner sur sa caboche de fer ; rien à faire. Sa tête est aussi creuse que solide. Dolhime nous fit remarquer également les fresques murales décorant la salle ; Elles montraient des guerres passées, des nains de pierre en proies à des combats face à des êtres étranges, tentaculaires et sans visage... Et au-dessus de ces champs de bataille, des géants luttaient contre des créatures plus spectaculaires encore. L'artiste savait-il se qu'il sculptait dans la roche ? Sans doute les rêves d'un dément. Suite à ça, nous soupçons se rapportèrent sur les deux mineurs de la Guilde, qui attendaient notre retour. En théorie... Peut-être que ces dernier en savaient plus qu'ils n'osaient l'avouer ? Maigre piste, mais c'était là la seule que nous avions.

    Rebroussant chemin, laissant les restes du colosse sur place, nous avons réemprunté les galeries puis traversé le charnier. Là, notre cœur s'arrêta net. Le miens en tout cas. Des tas de corps désarticulés et mutilés, une main en surgit. Puis une autre, plus loin. Des cadavres surgissaient des nains, blafards et aux yeux rouges comme ceux des Sombrefer. Peut-être plus encore ! Mais à notre soulagement, ils étaient bien vivant. Maigre, certes, mais respirant l'air comme nous. Ils se ruèrent sur notre groupe, comme des possédés, et ils commencèrent à étrangler de surprise Brynhildr et le Barbe-de-fer ! Malgré cet attaque éclair, nos guerriers repoussèrent sans mal les nains, tuant deux des gaillards et blessant le troisième. Ce dernier, au sol, sembla cependant reprendre connaissance ; La lueur sanglante qui flottait dans ses yeux se dissipa. Sans doute la blessure lui aura ouvert la vue. Et son esprit ? Bafouillant quelques mots, le nain semblait vouloir s'expliquer. La cheftaine préféra plutôt sortir d'ici, de peur que d'autres nains surgissent des carcasses. En chemin, portant le blessé, Harvi s'occupa de remboiter l'épaule d'Azar.

    La suite n'est guère intéressante, je le crains. Nous avons retrouvé les deux autres mineurs de la Guilde et le groupe s'empressa de les questionner. Sans succès. Leur histoire tient debout, même si le doute sur leurs intentions persista un peu. C'est finalement le blessé découvert dans les amas de corps qui se révéla le plus intéressant. Retrouvant pleinement sa mémoire, il commença à nous révéler les faits déroulés plus tôt. Le pourquoi du comment. J'ai noté ci-dessous un résumé de son récit.

    "Au début, alors que nous minions la pierre dans la salle principale, un pan de mur s'écroula sous nos yeux. Des troggs en jaillirent par dizaines ! Nos gardes les ont r'poussé sans peine, avec notre aide, et on a découvert alors l'tunnel d'où qu'ils v'naient. Tout ça... c'est la faute du contremaître Torun ! C'est par lui que tout commença...

    Avec quelques gars, il s'est enfoncé dans les entrailles. Il a dit qu'il était appelé. Par une chose. J'suis pas aller avec eux, mais quand ils sont r'venus, les cauchemars ont commencé. Le premier jour, rien de bien inquiétant. Mais le second, certains nains s'sont arrachés les cheveux. Les oreilles. Au troisième jour, on... on a commencé à s'battre. Notre esprit était si embrouillé. Y'avait cette voix, dans not' tête ! Elle commandait tout. Et Torun, lui, semblait impassible. Dans ses mains, il tenait l'cube qu'il avait déniché des jours plus tôt... Il brillait d'ombre, j'vous l'jure.

    Au quatrième, on... on s'est entretué comme des bêtes. J'ai fais des choses... horribles. Je n'étais plus moi, faut m'croire ! J'sais même pas comment j'ai pu survivre au chaos ? Et cette voix qui m'brûlait la cervelle. Tue-les tous, qu'elle me disait. Et moi, j'devais obéir. Torun, lui, il s'est sauvé après ce bain de sang. Mais où ?...

    L'contremaître, il a une famille dans le village d'Olgarm. Une épouse. Des fistons. C'est à une p'tite demi-heure d'Vardemald. P't'être qu'il s'est rendu là-bas, avec son artefact d'malheur ?! Trouvez Torun Baguéclair... Faut l'arrêter avant... avant qu'il ne sème la mort... Ooh... Par Hymdir. Pourquoi a t-on découvert cette chose ? POURQUOI ?"



    On a laissé le mineur survivant au bon soin des prêtres de Vardemald. On sait désormais que l'objet trouvé est un Cube. Et qu'il s'agit vraisemblablement d'un arme qui "contrôle" l'esprit des gens. Nous connaissons aussi l'histoire et le déroulement des évènements, même s'il reste des zones d'ombre. Nous n'avons pas retrouvé les deux mineurs partis explorés la mine. Je pense qu'ils sont morts, tués par des fous ou par des troggs.

    On a une piste ; Le contremaître Torun Baguéclair. Il est probable que ce dernier se rende à son village, mais il a des jours d'avance sur nous. Il faut faire vite, car je crains qu'il n'apporte la mort sur les siens...

    Portait de Torun Baguéclair, contremaître du clan Forgerage


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Lun 31 Juil - 11:08


    Carnet de campagne
    ~ Eldrid Forgerage ~



    Mission : Changement de programme.

    Guerriers :
    - Le Thane Arnskar Forgerage
    - Eldrid Forgerage
    - Baethril Cornefer
    - Azar Poing-de-bronze
    - Hjoldyr Corneguerre
    - Plusieurs éclaireurs du clan Forgerage (PnJ)




    Des jouets d'enfant entre les mains des puissants, voilà ce que nous sommes. Manipulés par des forces qui dépassent l'entendement, se riant de nos malheurs et se gaussant au moindre geste que nous entreprenons. Nous sommes des pions inertes trônant sur la table des Dieux, qu'ils poussent de leur volonté sur l'échiquier du monde. Ils doivent bien se régaler à nous contempler ainsi, nous qui prions leur miséricorde dans l'espoir de vivre un jour de plus, loin des tourments qui complotent contre nos terres. Dans la nuit d'hier, nous avons du affronter un nouveau jeu des Ancêtres et si la première manche nous a été félicité, la partie semble loin d'être réellement terminée...


    Spoiler:

    "Le village brûla, jusqu'à sa dernière âme..."

    Nous devions nous rendre, en petit groupe, au village d'Olgarm pour y trouver des indices sur le contremaître Torun Baguéclair et son mystérieux artefact. C'était là notre meilleure piste. Mais lorsque nous nous apprêtâmes à quitter Thorymdir, de nuit, un brouhaha résonna à la porte principale. Des gardes jurèrent, bousculé par des sanglicornes en pleine course folle. Une fois sur la place Scandefer, l'un des gardes perchés sur sa monture réclama à voir le Thane d'urgence ; Une affaire grave était en train de se dérouler et il fallait qu'il soit immédiatement averti. Apprenant par ma bouche que le Thane était en déplacement pour d'autres affaires, il reconnu certains d'entre-nous - dont moi - et commença à nous révéler ce qu'il l'avait conduit jusqu'à la capitale. D'après ses mots, un village lointain était en feu, sa population rendue folle par une quelconque magie impie, et les morts commençaient à s'entasser dans les rues.

    J'ai vu dans les yeux de mes frères d'armes qu'ils pensaient tous à la même chose que moi : Olgarm était en proie au feu déclenché par ce damné Torun ! Nous arrivons trop tard. Mais le garde gronda que non et nous révéla le pire. Le village dévoré par les flammes était situé sur la terre d'un autre clan, à la frontière nord, et ceux qui ont allumé ces feux étaient nos propres guerriers... Notre clan a embrasé cet incendie et tué les habitants !

    J'ai ordonné à ce que le Capitaine soit averti et envoyé dans la foulée une estafette au Thane. Peu importe où mon oncle se trouvait ; Il devait être averti de cet évènement sournois. J'ai personnellement mené notre troupe jusqu'au dit-hameau, un éclaireur en notre compagnie pour nous ouvrir la voie. La chevauchée fut longue, surtout de nuit, et nous arrivâmes sur place après une heure de folle cavale, à dos de nos Sanglicornes. Sur place, l'odeur de fumée et de pins brûlés empoigna nos cœurs et troubla notre odorat. Plusieurs gardes frontaliers étaient sur place, cachés dans les fourrées et les sous-bois d'une forêt que je connaissais mal. Nous nous trouvions sur la terre du clan Barbe-gloire, et je sais qu'il n'est jamais bon de fouler un sol étranger. Surtout en armes, harnaché pour la guerre. Après quelques minutes, le Thane et sa garde personnelle nous retrouva, mené par un guide qui disparu aussitôt, pressé par le temps et les évènements. Un vétéran, qui connaissait apparemment les faits, nous suggéra d'avancer avec prudence et de retrouver les corps de nos guerriers disparus dans les flammes. S'ils s'y trouvent toujours...

    Progressant dans les ombres, sur nos gardes, nous avons rapidement aperçu les premières lueurs enflammées qui dansaient dans le ciel. Il était orangé, comme si une aurore boréale du Norfendre ondulait entre les étoiles. L'autre clan n'allait pas tarder à arriver et il fallait nous presser. Bientôt, les flammes du village nous sautèrent aux yeux. La bourgade était en train de brûler, entièrement, les feux léchant la moindre façade et dévorant la terre qui devenait noire. D'épaisses fumées noyaient la rue principale, rendant l'air irrespirable. Mais au moment où nous allions pénétrer au cœur de ce brasier, un gland tomba au sol. Puis un autre, heurtant l'armure d'Azar. Levant nos yeux, un nain trônait au sommet d'un sapin. Prestement, il sauta en bas, nous accueillant malgré nos mises en garde...

    Il s'agissait de Borul Cordenlin, une jeune recrue de Vardemald. Il nous révéla ce qu'il savait, car tout débuta sous ses yeux...

    "J'étais en patrouille sur la frontière nord, avec le vétéran Brïn Grondache, un Corneguerre et trois autres nains que je ne connaissais pas. Une mission de routine, quoi, plus ennuyeuse qu'autre chose. Mais cette fois... notre troupe se retrouva par je ne sais quel mystère face à un nain encapuchonné qu'on a croisé en chemin. Ils bavardaient tous, pas trop méfiants, et moi, cela n'm'intéressait pas. A ma grande connerie, j'ai préféré aller pisser contre un arbre, plus loin. Mais quand j'suis revenu... il n'y avait plus personne.

    Déconcerté, j'ai pu cependant retrouver leur trace jusqu'à c'qu'ils passent la frontière des Barbe-gloire ! J'suis pas mauvais au pistage, alors suivre six nains, c'est du gâteau. Et puis j'ai découvert qu'ils continuaient à avancer en ligne droite. Quand j'ai commencé à entendre des cris, au loin, j'ai de suite su que quelque chose de sale était en train de se produire ! Avançant à pas feutrés, j'ai vu de mes propres yeux mes compagnons allumer des feux autour du village, tuant les habitants qui tentaient de résister. Et au centre du village se tenait le nain en capuche, tenant entre ses mains levées un étrange objet qui rayonnait d'aura blanche. Au crépuscule, de peur, j'ai fait demi-tour et j'ai aussitôt prévenu le poste-frontière tout proche avant de revenir sur mes pas pour observer la suite des évènements.

    La suite... Eh. C'était pas beau à voir. Non. Les villageois se sont tous entretués, et nos guerriers furent tous massacrés dans la folie qui régna. Leur corps sont encore dans les chaumières en flamme ! Et le nain mystérieux... s'est envolé dans la nuit qui tombait."


    Sonnés par ce récit, et de nouveau trompés par de sombres agitateurs, nous ne pouvions plus faire grand chose, si ce n'est récupérer les corps de nos défunts camarades. Car je sais maintenant qu'ils ont été possédé par le Cube même si la raison m'échappe encore. Le nain qu'ils avaient croisé n'était autre que ce Baguéclair. Maudit soit-il ! Mais trouver les cadavres des cinq éclaireurs est primordial si nous vouons éviter qu'un conflit éclate avec l'autre clan nain. Un village en feu et à sang, à la frontière, ça ne laisse que peu de place à l'imagination et les trolls sont plutôt calme en cette saison. Le Thane nous ordonna de nous enfoncer dans les braises brûlantes du village et d'extirpé des cendres et des flammes nos anciens frères. Chose qui fut rapide à réaliser, malgré la forte agitation qui régna dans le gros hameau.

    Des habitants, fous comme les mineurs aux yeux rouges que nous avions découvert dans la mine du Tour de Brayemont, nous sautèrent à la gorge dès que notre troupe traversa le village qui, malgré mes connaissances géographique, n'avait aucun nom. Mon oncle ordonna ne pas les tuer, dans la mesure du possible, car ils n'était là que des victimes innocentes d'un plan grossier tirés par des ficelles inconnues. Assommant le plus possible, à coup de masses ou de pommeaux, la lutte paraissait inégale. Mais les habitants, sous leurs airs de pauvre ères couvert de suie, étaient comme enragés. Ils mordaient, griffaient et hurlaient des propres incohérents. "Il arrive !" ... "Chaos ! Fin d'un monde !" ... "Il est dans ma tête !" ... Je peux donner d'autres exemples mais cela ne serait guère utile. Profita de notre corps-à-corps musclé, et malgré quelques morts involontaires, le Thane ordonna aux trappeurs de fouiller le village pour y trouver nos nains. Une action qui fut couronnée de succès au bout d'une dizaine de minutes, pendant que les guerriers en armure retenait la foule de nains possédés. Personnellement, seul les insignes Forgerage que nos soldats portent à leur pourpoint m'importait. Car elles symbolisent notre clan et ce sont là des indices qui fallait effacer pour que nul ne découvre notre implication - même si tout finit par se savoir un jour où l'autre, mieux vaut repousser ce jour à demain.

    Azar dégagea quelques nains assommés hors des décombres qui commençaient à envahir le domaine nain, broyant et fracassant poutres et murs, tandis que Baethril et Hjolnyr parvinrent à ramener avec eux, et grace à leurs bêtes de guerre, les cadavres de nos guerriers hors du village. Aussitôt fait, notre troupe bâta en retraite, sous l'ardeur des flammes et le manque d'air qui brûlait nos poumons. Puis vint Borul qui nous annonça qu'une cinquantaine de Barbe-gloire, armés mais à pied, allait arriver sur place d'ici cinq minutes. Le temps pour notre groupe de filer dans la nuit, emportant avec nous les preuves qui aurait risqué de trahir notre clan et de plonger Thrakan'raz dans une guerre que personne ne veut...

    Cela ne durera pas, hélas. Nous avons repoussé l'inévitable. Car la guerre finira par venir un jour à nos frontières, et si ce n'est pas le clan Barbe-gloire qui amorcera la mèche, ce seront les Démons ou d'autres engeances qui tomberont sur nous sans prévenir. Et j'attends ce jour avec impatience.

    Note : Azar a pillé dans les décombre un coffret plein de gemmes précieuses et de bijoux. Certains nains n'apprécient pas le pillage. Ce n'est pas mon cas ; L'occasion sourit aux braves. Je pense que ces babioles seront parfaites pour le Culte des Ancêtres, qui satisferont à coup sûr les Ancêtres. En particulier Lia, la maîtresse du Commerce et de la Richesse...

    "Les soldats Barbe-gloire allaient arriver d'un instant à l'autre..."


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Lun 7 Aoû - 11:55


    Carnet de campagne
    ~ Eldrid Forgerage ~



    Mission : Olgarm.

    Guerriers :
    - Le Thane Arnskar Forgerage
    - Eldrid Forgerage
    - Hjoldyr Corneguerre
    - Brynhildr Scandefer
    - Gordrim Dokrison




    La guerre. Non pas celle des légendes divines ou des conflits face à des forces maléfiques, mais celle que nous redoutons tous. La guerre qui embrase nos foyers et nos cœurs, où l'honneur n'a plus sa place et où seuls comptent la vengeance et l'horreur des actes que nous pouvons commettre. Hier, la braise d'une guerre naissante a été soufflé sur notre terre, et même si nul ne veut d'elle, il faudra bien se battre et se préparer à l'accueillir à nos portes. Comment... Comment en est-on arrivé-là ? La situation me dépasse complétement et j'ai l'impression d'être entrainé, comme mes sœurs et mes frères, dans un jeu où les règles sont absentes. Sans arbitre. Et nous jouons pour sauver nos vies et celles de nos familles...


    Spoiler:

    "Olgarm. Un village nain comme il en existe tant d'autres..."

    J'ai rapidement demandé à ce que quelques guerriers se joignent à mon excursion, afin d'enquêter et peut-être de mettre la main sur ce Torun Baguéclair. Et surtout sur l'objet étrange qu'il semble manipuler. Ce dernier vit à Olgarm, et même si sa présence n'était pas assurée, c'était là notre seul piste sérieuse. Le Thane nous accompagna également, nous faisant l'honneur de sa présence, mais gardant ses distances sur nos actions à venir. En petit groupe, nous avons quitté Thorymdir en début de soirée, prenant la route de Vardemald puis d'Olgarm, afin de cueillir notre nain à la nuit tombée.

    Au bout de deux heures et des poussières, nous arrivâmes paisiblement au village ; Un petit hameau où vivent des familles mineures du clan. Des éleveurs de chèvres, des couturiers, des serviteurs... En tout, une trentaine d'âmes vivent ici, en compagnie de la marmaille habituelle et des animaux d'étable. Mais lorsque nous avons débarqué à Olgarm... un silence de lieu saint nous accueilli. Où étaient les cris d'enfants ? Les voix graves des gaillards levant le coude ? Seuls des oiseaux chantaient autour de nous, croissant de plus belles ou hululant à la lune montante. Et si l'obscurité n'était pas totale, nous pouvons sentir une brume qui tombait sur nos têtes. La situation était étrange, et le village, lui, était entièrement vide de ses occupants habituels. J'ai demandé à ce qu'on fouille les lieux, les masures et les autres rues mais au son de ma propre voix tonnant dans le hameau, une porte s'ouvrit lentement, au pied du gros bâtiment qui devait servir d'abri au patriarche local. Le grincement du bois me scia les tympans.

    Un nain, gros mais armé comme à la guerre, se présenta alors tout en progressant vers nous sans arme. Puis le village tout entier remua, et d'autres nains sortirent de leur cachette. Au bas mot, une dizaine de guerriers armés d'arbalètes et de haches d'armes nous firent face, restant positionnés près des maisons qu'ils avaient, à coup sûr, investis de force. Comme d'autres de mes frères, j'ai pensé à une attaque sournoise des Héritiers d'Yzgaroth mais ces combattants se faisait rare. Et discret depuis quelques temps. De plus, la tenue vestimentaire de ces nains présents ne m'était pas totalement inconnue. Rapidement, j'ai su qu'il s'agissait là d'une bande Barbe-gloire en maraude. Les mailles de qualité. Le tabard frappé d'un diamant blanc. Leurs barbes parfaitement ornées d'os et des babioles. Les armes de mithril. Qu'est-ce ces rats font ici ? Qu'ont-ils fait au village ?! Les questions se bousculèrent dans ma tête, pendant que mes compagnons raillaient leurs opposants.

    Au sol, Hjoldyr et Gordrim purent remarquer des flaques de sang et des tâches disséminées un peu partout sur la place du village. Le premier m'en fit la remarque, et je devina alors le destin des villageois. Le clan Barbe-gloire n'était pas ici pour commercer, ni même pour partager une bière. Il était là pour se venger du crime qui embrasa quelques nuits plus tôt l'un de leur village. Comment savent-il notre implication ? Le secret a été bien gardé. Mais la réponse vint d'elle-même, lorsque le chef de la bande, le dénommé Bradum le Tueur des Loups, sortit d'un petit coffre la tête d'un nain, le tenant par la tignasse. Sous ses traits marqué par la souffrance, on pouvait distinguer le visage du jeune Borul Cordenlin ; L'éclaireur était en retrait pour observer les mouvements de troupe Barbe-gloire après l'incendie du village frontalier. Ce pauvre garçon s'est fait attrapé, torturé et décapité une fois que ses bourreaux eurent ce qu'ils désiraient : des informations. Bradum avoua qu'il cherchait alors Torun, des Forgerage, et qu'il avait pour se faire massacré les habitants. Puis... puis la situation éclata.

    Gordrim chargea le sous-chef, sans doute attisé par la colère et la perte des villageois innocents. Dans la foulée, le conflit s'engagea et nous durent lutter avec vaillance contre ces adversaires entrainés à l'image de nos guerriers. Ce n'était pas de simples bandits, ou des sectateurs enivrés de magie impie, mais bel et bien des soldats de clan nés pour faire la guerre. Notre Corneguerre joua de son arc avec doigté, tandis que Dokrison poursuivit Bradum jusqu'à une maison proche. Moi et Scandefer luttions aux corps-à-corps, hache contre hache, face des guerriers imposants. Par miracle, les arbalétriers Barbe-gloire étaient de minables tireurs, et seul Hyldyr fut touché à l'épaule dans le combat. Moi-même j'ai subi quelques coups de mon adversaire mais la situation s'inversa lorsque Brynhildr tua le sien avec une lame bien placée. Pendant ce temps, Gordrim luttait contre la porte où le chef de la bande Barbe-gloire s'était réfugié. Ce dernier maniant une bardiche, qu'il usait comme une hallebarde.

    Après des minutes où le sang coula de nouveau dans le village, la situation joua en notre faveur. Un par un, les combattants du clan rival succombèrent à nos flèches et nos coups. Un arbalétrier se fit même dévorer par l'ours de notre trappeur, la jambe arrachée nette. Malgré ça, l'un de nos ennemis pu se faire la malle, filant par les toits avant de s'évanouir dans la nuit. Il est très possible que ce dernier rejoigne les siens et révèle le combat qui a éclaté. J'ignore ce qu'il adviendra, mais il serait sage d'envisager le pire. Cependant, leur chef, Bradum, fut mit à terre par une contre-attaque fulgurante du brave Dokrison, une hache figée dans son ventre une fois la porte pulvérisée. Le laissant agonir, la jeune Scandefer s'empressa de lui faire cracher les dernières brides de savoir que le nain pouvait emporter dans sa mort.

    "T-Torun... Ce chien fourbe des F-Forgerage. Har-har ! Votre éclaireur nous a tout révélé... L'attaque des vôtres sur notre village. Le cube étrange... Cette arme qu'vous avez usé contre nous.. Argh ! O-on s'est vengé. Ca oui... Et c'n'est qu'le début...

    Egorgé ses mômes. Baisé sa femme. On a... Agh ! Massacré l'village. Un par un. Tous la gorge tranchée jusqu'à c'qu'on sache où se terrerait ce damné T-Torun. Hmrf... M-mais on a pas trouvé. Au moins... les nôtres sont vengés. Et n-nous aussi, nous allons être vengé. Ce n'est pas terminé, Forgerage. La guerre... Les Barbe-gloire la veulent. H-Haldür veut vos terres. Et rien n'peut l'arrêter !...

    S-si ce n'est pas par Torun.. On... On trouvera aut' chose. Hahar' ! Vous êtes faibles. E-et les Barbe-gloire... sont bénis des Vanuk.. Argh ! Aahh... V-vous êtes c-condamnés..."


    Une fois ce-dernier mort, nous réalisâmes rapidement qu'ils n'était pas plus avancé que nous. Le contremaître Baguéclair est toujours introuvable. Et désormais, l'ombre d'une guerre plane au-dessus de nos têtes. La situation s'aggrave à chaque pas que nous faisons. Plus tard, nous découvrîmes avec effroi le triste sort des villageois. Tous furent trainés et jetés au contre-bas d'un précipice. Un véritable charnier qui manque de me faire tourner de l'œil tant ce massacre n'avait aucune sens. Une trentaine des nôtres gisaient en bas, dévorés par des charognards volants qui se battaient pour des morceaux de bras. Dokrison s'attela à chasser la vermine et allongea les morts pour qu'ils reçoivent au plus vite les sacrements des Ancêtres. Corneguerre traina les corps sans vis des guerriers Barbe-gloire, tandis que j'ôtais leur tête. Une par une. Elles iront trôner sur les piques des remparts de Thorymdir. Ou sur la place Scandefer.

    J'ai levé de moi-même le secret qui entourait l'incendie du village Barbe-gloire. Tous doivent être au courant. Si la guerre arrive, nos familles doivent se tenir prête à l'affrontement. Les Scandefer, notamment, puisque leur foyer est porche de la frontière nord. Pour le reste, je m'en remets au Thane et à ses conseillers. La situation va dégénérer, cela ne fait aucun doute. Finalement, les démons n'auront pas la peine de nous tuer... nous nous suffisons à cette tâche. Ce que je sais, c'est que la perte d'Olgarm et le massacre de ses habitants ne peut pas rester impuni. C'est impossible. Des familles réclameront vengeance et le prix du sang sera élever. Et nous savons tous comme il est difficile de raisonner un nain lancer dans sa quête. La rancune est tenace. J'espère cependant que, comme l'a suggéré Brynhildr, le Conseil des Trois-marteaux puisse intervenir. Même si je doute que des sénateurs aux doigts gras résolvent l'impasse dans laquelle nous sommes tomber.

    En ce qui concerne le Cube, je crois que nous allons changer d'approche pour coincer ce Torun. Il finira par se montrer, tôt ou tard, et nous lui tomberons dessus aussitôt. Mais pour ça, il faudra redoubler de vigilance et se montrer patient.  

    "La guerre entre les Forgerage et les Barbe-gloire est-elle inévitable ?"


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Mer 16 Aoû - 14:36


    Carnet de campagne
    ~ Eldrid Forgerage ~



    Mission : A la poursuite du Cube.

    Guerriers :
    - Eldrid Forgerage
    - Brynhildr Scandefer
    - Harvi Forge-doré




    Nous sommes arrivés au jour fatidique. Celui que nous redoutions depuis des jours est désormais arrivé avec les haches aiguisées et les boucliers frappés en rythme sous la clameur de guerriers déterminés. Je n'ai pas peur. Hymdir n'a pas éprouvé de doutes ou de frissons en affrontant la bête Ysgaroth. Alors, pourquoi tomberai-je à genou, larmes aux yeux et le ventre serré d'angoisse ? Je dois faire face. Nous devons tous lever le menton, les yeux fixés sur notre objectif, prêts à combattre notre propre bête qui gratte à nos portes. Ooh... certes. Ce n'est pas un ours antique ou un animal facile à abattre qui se présente à nos frontières. L'armée des Barbe-gloire est bien pire que ça. Affamée. Guidée par des nains cruels et avides de voler notre terre. Ils ne sont pas là pour survivre ou batailler dans la gloire et l'honneur, mais pour venger un crime que n'avons pas commis. Et dans leur quête, ils risquent bien de brûler jusqu'à la moindre parcelle de Thrakan'raz...


    Spoiler:

    "La piste des caravanes serpente dans les monts de Hautevue."

    Tout commença par la disparition d'une caravane marchande. Cette dernière devait relier les Paluns, de Menethil, à Thorymdir. Je ne connais pas les marchandises convoyées, mais je table sur des épices, des peaux, des objets exotiques et utiles, des grains et toutes sortes de denrées bénéfiques à la notre vallée. Ce que nous ne pouvons produire par nous-même, on l'achète ou on le troque avec nos voisins. Et avec l'ouverture de Thrakan'raz au reste d'Azeroth, certains marchandises viennent de très, très loin.

    Quoi qu'il en soit, la caravane comportait six chariots, avec bêtes de trait, gardes, marchands et conducteurs. Et tous nous donné aucun signe de vie. Une journée après leur retard, ce qui est fort rare sauf en cas d'invasion trolle, la guilde des marchands s'est inquiétée et a réclamé de l'aide. J'ai accepté de retrouver les disparus, mais pour une autre raison... Depuis quelques jours, des rapports indiquèrent qu'un nain encapuchonné rôdait dans les parages où la caravane s'est envolée. De plus, la proximité avec la frontière des Barbe-gloire est à portée de couteaux. Mieux valait retrouver les traces, et ce qu'il leur est arrivé au plus vite. C'est ainsi que j'ai demandé à quelques guerriers de me rejoindre au pied d'une montagne, là où la piste des marchands commencent. Seul Harvi et Brynhildr ont répondu présent. J'imagine que les autres avaient peut d'affronter le froid mordant de Hautevue ?...

    Après quelques heures à s'empêtrer dans une poudreuse craquante, grimpant sans cesse et filant le long des cols enneigés, nous avons enfin découvert le premier campement de la caravane. Il brûlait d'un feu agonisant, et une charrette était renversé sur le coté. Deux tentes s'achevaient de carboniser au milieu de corps nains gelés par une nuit glacée. Rapidement, Brynhildr découvrit qu'il ne s'agissait pas d'une attaque de bandit. Ou des Héritiers d'Ysgartoh ; Les marchandises n'avaient pas été pillé. Nous pouvons donc écarter la piste des trolls, gnolls ou autres groupuscules avides de richesse. C'est Harvi qui trouva dans une tente un survivant inespéré ! Ce dernier était bien mal au point, le ventre ouvert et les jambes concassées avec un marteau. Je doute qu'il puisse remarcher un jour. Ni même qu'il survive une nuit de plus. Forge-doré s'occupa de lui donner de l'eau et des soins, tandis que nous l'interrogions, moi et la fille des Scandefer.

    Le marchand blessé avoua qu'un nain était arrivé dans la dernière soirée, l'ai épuisé mais guère menaçant. Ils partagèrent pains et boissons au coin du feu pendant une bonne heure puis le mal frappa. Le nain mystérieux s'éleva et un cube brillant surgit de ses manches. Le chaos suivit juste après, une lumière possédant les premiers nains proche de lui. Le marchand était bien trop loin de la scène, ce qui explique sans doute le fait qu'il n'ait pas été atteint par cette... malédiction. Les nains se retournèrent les uns contre les autres, se battant comme des loups affamés. Une partie des marchands fuit le campement avec des provisions et quelques chariots, rebroussant chemin. Le nain et son cube, quand à eux, continuèrent d'avancer, suivit les survivants. D'instinct, nous savions que Torun était le responsable de cet acte fou. Et il était trop proche...

    Abandonnant le blessé dans une tente, avec eau et couverture pour qu'il tienne le coup jusqu'à l'arrivée d'une patrouille, nous avons décidé de nous enfoncer nous aussi dans les montagnes, à la poursuite du contremaitre Baguéclair. Une heure durant, nous avons escaladé et emprunté un long chemin escarpé, couvert de neiges et de boues glacées. Un blizzard semblait même poindre le bout de son nez, mais cela ne ralentit pas notre approche, et rapidement, nous sommes tombés sur le reste d'une caravane...

    Cette fois, des nains encore en vie erraient dans les décombres, au milieu de cadavres et de marchandises éparpillées. Même les bœufs poilus ont été tué, leur carcasse grisonnante dans la neige. Harvi décida d'aller parler aux survivants, mais au moment il s'approcha afin de les appeler de vive voix, ils se ruèrent sur lui comme une meute de chiens enragés. Et leurs yeux... leurs yeux étaient d'un rouge sang, presque brillant. Le même mal qui avait contrôlé les mineurs de la mine du Trou de Brayemont ou les villageois du village des terres Barbe-gloire. Encore une preuve que notre piste était la bonne, et mieux encore... qu'on s'approchait de notre but. On a du se défendre fer contre fer contre ces dégénérés que rien ne semblait pouvoir ramener à la raison. Ils hurlèrent des paroles folles, des mots de chaos, et même blessés jusqu'à la tripaille, ils continuaient de nous agresser. Cependant, c'est nous qui sommes sortis victorieux de cet infernal combat. Nous n'avons subi que quelques commotions. Brynhildr douta que nous puissions combattre un être aussi redoutable que ce Torun, de crainte que nous devenions nous aussi des marionettes sans cervelle sous son emprise. Elle a raison, mais rester ici à observer ce malade ruiner le clan et les miens ne pouvait être toléré. Quitte à me maudir

    Poursuivant le chemin pendant une demi-heure, nous avons du affronter le blizzard naissant. Le vent battait fort, fouettant nos oreilles et nos lèvres, tout en gelant nos arpions. Bouger était nécessaire si on voulait rester en vie. Puis enfin, nous avons découvert le troisième campement malgré la mauvaise vue et la neige qui tourmentaient nos yeux. Des ombres informes se présentaient devant nous, à une dizaine de mètres, et nous devinions rapidement qu'il s'agissait là des survivants de la caravane. Ils étaient tous en demi-cercle, entourant un nain robuste masqué d'une capuche. Ce dernier leva les mains, et un flash éblouissant surgit soudain. Puis un autre, comme si un éclair venait de frapper à nos pieds et où le tonnerre serait absent. La suite... la suite est plutôt étrange.

    J'ai entendu une voix dans ma tête. Elle résonnait, caverneuse. Profonde et ancienne. Elle me disait des choses censées. Corrompues. Et pourtant vraies. La colère et la haine semblaient s'animer en mon cœur, sans que rien ne puisse me les faire contrôler. Mais je ne sais quel effort, j'ai réussi à repousser cette voix forte, libérant mes propres pensées. D'un regard, j'ai compris en voyant Harvi et Brynhildr qu'ils avaient tous deux subi le même sort. La même voix. Et que, comme moi, ils avaient pu la chasser de leur esprit troublé. Ce ne fut le cas des derniers marchands. Ils hurlèrent, s'arrachant cheveux et poils de barbes. Puis, comme des furies elfes envieuses de mana, ou de queue, ils s'entretuèrent dans un brouhaha sinistre. Des cris fous résonnèrent dans la vallée, se mêlant à des coups de maillet à celui des os broyés. Dans la confusion qui régnait, Torun en profita pour s'enfuir, quittant son oeuvre en direction de la frontière Barbe-gloire... Le choix d'aider les marchands ou de suivre le contremaitre fut difficile, mais j'ai opté pour la seconde option ; La chasse au nain.

    Le suivre n'était pas difficile mais ce bougre courrait comme s'il était possédé. Mes poumons crachaient le feu, mais au final, nous l'avons rattrapé au bord d'un précipice où un paysage enchanteur se dévoilaient sous nos yeux ; Les plaines du clan Barbe-gloire. Sachant notre présence, Torun nous parla calmement, répondant même aux questions de Brynhidr et de Harvi. A croire qu'il était un être ordinaire, paisible, contemplant la beauté de la nature.

    "Votre émissaire n'est jamais arrivé à destination. T'raag, la capitale Barbe-gloire, n'aura jamais reçu votre message de trêve. De paix. Mais ils ont bien accueilli l'éclaireur que vous avez laissé filer bêtement, à Olgarm. Il ne suffit parfois que d'une étincelle pour embraser un bûcher... Un feu de camp pour consumer toute une forêt.

    Il me parle, vous savez ? Me guide. J'ai bien essayé de m'en débarrasser. De me tuer afin que tout ceci cesse. Mais je suis trop faible. Je l'ai été dans la mine, lorsqu'il m'a appelé pour la première fois à travers son tombeau. Ce cube, c'est sa prison. Mais il en fait sa demeure, et depuis, il rêve de rebâtir ce monde à son image... Il ? Il n'a pas de nom. Plus depuis longtemps.

    Nous sommes imparfaits. La race naine est un échec. Une hérésie qu'il fait modeler de nouveau afin qu'elle puisse fredonner en compagnie des Dieux. Et il faut parfois détruire pour mieux rebâtir. Tuer, pour mieux relever. Il m'a montrer la vérité. L'avenir. Et mon véritable but. Le chaos va tout engloutir ! On ne peut pas lutter... alors autant se joindre à lui. Mais venez voir mon oeuvre..."


    Un grondement roula légèrement. Prudemment, nous nous sommes approché du précipice. En bas trônait la porte nord de Thrakan'raz ; Celle qui fermait notre frontière et qui, depuis les incidents avec les Barbe-gloire, était close et gardée par quelques gardiens. Sa route menait à l'avant-poste de Hautevue, lui même s'ouvrant sur le cœur de notre vallée. L'effroi empoigna mon cœur. La porte... Notre porte de pierre et ses remparts étaient assiégés par une force Barbe-gloire. Leur armée, où plutôt quelques bataillons, bombardaient le mur et les massives portes avec des canons et des catapultes. Des troupes se tenaient en retrait, prêtres à assaillir les murailles avec des échelles et une seule tour d'assaut, immense et dominante. Nos défenseurs, prit par surprise, se défendaient avec des petites balistes et tiraient sur les attaquants avec des arcs et des arbalètes. Barbe-gloire venaient pour nous. Leur armée est à nos portes !

    Sous le choc, Harvi tenta de pousser Torun dans le vide mais ce dernier le repoussa avec une champ de force magique. Puis, riant de notre malheur et de la guerre qu'il avait s'y machiavéliquement orchestré, il se laissa tomber du précipice avant de se transformer en une sorte de... boule de feu. Il réapparut bien plus bas, nous fuyant tout en hurlant qu'il en lui restait qu'une seule chose à accomplir avant de terminer son oeuvre. Je peux encore entendre son rire, déchirant le vent...

    En bas, le combat faisait rage. Ne sachant combien de temps les défenses allaient pouvoir tenir, je me suis dépêchez de rejoindre la porte et le front naissant. Je jure que nous tiendrons jusqu'à ce que nos troupes arrive. Brynhildr a rebroussé chemin, partant en toute hâte prévenir son père et les Scandefer. Eux seuls sont suffisamment proche pour épauler la porte. Harvi, lui, fila vers Thorymdir pour prévenir le Thane et la ville de l'ignoble attaque qui était en train de se dérouler. L'avenir du clan Forgerage est entre nos mains, et nous prions Evi pour qu'elle puisse tourner sa roue du Destin en notre faveur, ainsi que Oru, esprit de la guerre, pour nous apporter la force et la témérité dont nous avons terriblement besoin.

    Hymdir. Viens-nous en aide...

    "Le siège de la porte nord à la frontière Barbe-gloire."


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Dim 20 Aoû - 10:19


    Rapport de bataille
    ~ Un survivant ~



    Mission : La chute de la Porte Nord

    Ils sont arrivés comme une tempête de neige. Le genre de tempête qu'on ne peut prévoir, même par les plus grands montagnards. A l'aube, au moment où notre garde changeait de faction entre celle du genre et de la nuit, un bruit de tonnerre roula au loin. Puis de la fumée brune monta vers le ciel, masquant la brume matinale. Les guetteurs n'avaient rien pu voir, et quand ils comprirent le danger, c'était déjà trop tard. Des projectiles enflammés furent lancés en cloche, formant de magnifique arc de cercle, avant de toucher notre mu que nous gardions depuis des décennies. Le fracas réveilla tout le monde et le cor d'alerte fut sonné. C'était la pagaille un peu partout sur la Porte Nord mais nous savions qui était l'ennemi qui se tapissant au pied de la muraille ; Le clan Barbe-gloire.

    Leurs catapultes envoyèrent sans s'arrêter des rochers et des jarres de poix. Leurs bouche-à-feu crachèrent la mort sur nos pierres granitiques, pulvérisant nos créneaux et notre matériel de guerre. D'instinct, la gardienne des lieux, le vétéran Œil-de-Marbre, hurla de se rallier à sa personne. Il fallait tenir le plus longtemps possible. Et c'est ce que avons fait. Nous avons subi de nombreuses pertes lors du bombardement, ainsi que notre unique baliste qui pouvait, en théorie, abattre les engins de siège adverse. Le flanc nord du mur avait cédé à sa suite, t nous avons du nous replier dans l'enceinte même du bastion. Barricadent les portes, un nain hurla que le rempart principal était sous les assauts d'echelles de siège. Les grappins s'accrochaient à la pierre, hissant des guerriers qui s'apprêtaient à se déverser sur nous.

    Quelques nains filèrent pour repousser cet envahisseur. Je ne compte plus les morts, des deux cotés, et bien que nous ayons infligé trois fois plus de perte, nous étions submergé. Nos arbalétriers visèrent comme si Oru guidait lui-même leur trait, mais chaque nain que nous perdions nous rapprochait un peu plus de la défaite. Au bout d'une heure d'un combat acharné, et avec toute la volonté du clan derrière nous, les derniers défenseurs tombèrent. Le rempart était désormais sous le contrôle des Barbe-gloire et les survivant se replièrent derrière la Porte Nord. Un lourd bélier trainait devant-elle et il commença à faire trembler les gongs de notre ultime défense.

    On était peu nombreux. Une dizaine, et notre cheftaine était tombé au combat. Nous avons attendu avec effroi, minute après minute, le moment où la porte craquerait sous les assauts du bélier de guerre. Au bout d'un moment, les sceaux protecteurs s'effritèrent, puis la porte s'ouvrit brutalement, éclatant presque sous les coups de l'engin de siège. Notre ultime combat vint alors et il devint un sanglant carnage. Hymdir lui-même n'aurait pu résister face à tant de vague Barbe-gloire, ses guerriers surgissant de la porte pour envahir Thrakan'raz. Alors que nous tombions les uns après les autres, un ritualiste se sacrifia pour invoquer un élémentaire de feu. Ce monstre, libre de ses étreintes, consuma les rangs ennemis avant de brûler la porte. Pendant un moment, le feu était si dense qu'il fit fondre les armures des cadavres...

    Un des nôtres fit sonner le cor de retraite et les survivants se replièrent alors plus loin, emportant avec eux quelques frères et sœurs mortes sur les épaules. Notre destination fut l'avant-poste de Hautevue ; La seconde porte d'entrée de la vallée. Peut-être que nous stopperons les Barbe-gloire ici ?...


    "Le siège de la Porte Nord se solda par la défaite des Forgerage"


    _________________
    Le clan est en marche :
    avatar
    Eldrid Forgerage

    Messages : 296
    Date d'inscription : 25/02/2017

    Fiche clanique
    Famille : Forgerage
    Classe : Belliciste
    Dalion : 0

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Eldrid Forgerage le Lun 28 Aoû - 11:54


    Carnet de campagne
    ~ Eldrid Forgerage ~



    Mission : La première bataille.

    Guerriers :
    - Eldrid Forgerage
    - Brynhildr Scandefer
    - Baethril Cornefer
    - Dolhime le Brise-morts




    C'est terminé. Pour le moment, du moins. Torun est retourné à la pierre, son âme broyée par une magie maléfique, et les Barbe-gloire ont été repoussé à nos frontières. Mais à quel prix ? Nous sommes décimés. Brisés. Ereintés par des semaines de conflits dont nous ne maîtrisions rien. Nous avons été joué par une force supérieure et malgré l'aide de nos Ancêtres, il fut impossible pour nous de prévoir une fin heureuse et glorieuse. Mais c'est terminé. Le cube... cette arme noire est désormais vide et le mal qui rongeait nos frères et sœurs semble s'être tari. Pourtant, je sens que ce même mal rôde toujours, et d'après les récits de mes compagnons, il n'aurait pas été vaincu. Pire ; La guerre contre les Barbe-gloire est maintenant à l'ordre du jour et il va falloir les compter dans les rangs de nos ennemis. J'ose espérer que le Conseil des Trois-Marteaux ne s'en mêlera pas. Nous n'avons pas besoin que des gratte-papiers se prétendant rois de Khaz'modan viennent s'interposer entre nos armes. Mais si c'est le cas, il suffira de les bousculer.


    Spoiler:

    "Les lignes Barbe-gloire se formèrent en face des rangs Forgerage."

    Au début, tout sembla se matérialiser comme le Capitaine l'avait prédit. Nos propres troupes s'amassèrent à l'avant-poste de Hautevue - notre fortin qui garde les montagnes nords - dans l'attente de notre ennemi. Ce dernier ne tarda pas à faire parler de lui ; Une cariole qui devait approvisionner nos soldats en nourritures et munitions arriva par la porte principale, fléchées de partout. Et bien entendu, sans les vivres. Son conducteur, blessé par un carreau, jura que les Barbe-gloire l'avait attaqué en ambuscade, et qu'il n'avait aucune nouvelle des autres charrettes. Ces damnées Barbe-gloire préparent-ils un siège d'usure ? La question me troubla quelques secondes, mais un cor sonna aussitôt, m'extirpant de mes pensées. Le cor d'alerte tonna un fois longuement, puis deux coups secs pour terminer son appel. Aussitôt, l'officier en charge de l'avant-poste, un costaud de la famille Brognefonte, beugla une sortie et la formation de plusieurs lignes.

    Vous avez déjà vu deux cents nains s'activer, marchant en pas et former des rangs compacts de boucliers, de lances et de haches affutées ? C'est un spectacle terrifiant et peu de races peuvent nous rivaliser dans ce domaine. Avec quelques nains, j'ai formé l'arrière-garde, protégeant le cul des troupes. Nous ne subirons pas la charge de plein fouet, mais note tâche est tout aussi cruciale. Puis vint l'attente de l'adversaire. Ce dernier se montra enfin, surgissant d'un col. Ses rangs étaient brillants d'armures rutilantes et la première ligne se tenait fièrement. Nous, les Forgerage, secouèrent nos armes et heurtèrent nos boucliers pour faire du bruit à leur arrivée. Eux aussi nous répondirent par ce même jeu guerrier, cherchant à faire provoquer la peur dans les cœur de leurs adversaires, mais aussi et surtout pour se donner du courage et faire disparaître toute envie de lâcheté. Dans l'excitation, un de nos archers décocha une flèche qui tua tout net un guerrier Barbe-gloire. Cela tua l'ambiance...

    Avant que nos armées se jetèrent l'une contre l'autre, un gros nain perché sur un bélier de guerre surgit des rangs ennemis. Sa cape rouge était fouettée par le vent et il railla copieusement notre clan, suggérant de nous rendre et de céder les terres du Thane Arnskar au profit de son maître : Le Thane Orüd. Chose impossible, bien sûr, et sous une avalanche d'insultes et de haine, ce chef s'en retourna vers ses propres troupes afin de donner l'assaut. Notre officier fit de même, et les deux armées marchèrent au pas, face à face, les premières lignes se bousculant sous la pression de la bataille à venir. Comme beaucoup, mon cœur saigna de devoir tuer des semblables, mais ils l'ont cherché et le devoir et la vengeance passent avant toute chose...

    Le rhyme s'accéléra encore un peu. La marche devint une course folle et près de quatre cents guerriers allaient se percuter, bouclier contre hallebarde. Hache contre masse. Jamais je n'avais ressenti pareille sentiment, tandis que je suivais les troupes au combat. D'un cri rauque, un ordre dicta de décocher flèches et carreaux. Des deux cotés, une pluie de fer tomba sur les premiers nains. Certains tombèrent en avant, piétiné sans merci par ceux qui les suivaient de près. Puis la charge se lança avec un cri de tonnerre qui ferait pâlir de jalousie le plus terrible des orages. Mais... mais au moment où le choc devait se produire. Au moment où les combattants allaient s'éventrer les uns contre les autres, un éclair aveuglant frappa la ligne même de l'affrontement. Puis un choc repoussant en arrière les soldats, avec plus ou moins de violence, séparant les deux fronts. Un éclair crépita une nouvelle fois, et la terre se lézardant sur cinquante mètres. Les armées s'écrasèrent, les heaumes heurtant ceux des voisins. Sans comprendre, j'entendis un rire dément mugir dans le vent. Un rire fou. Torun...

    Perché sur un promontoire, un nain encapuchonné se dévoila sous nos yeux. La bataille qui devait se jouer s'arrêta l'espace d'un instant, et observé par des centaines d'yeux, le contremaître hurla qu'il était temps pour lui de réaliser le chaos tant recherché. Il leva ce maudit cube, le tenant à deux mains. Je... Je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, ensuite. Un flash blanc illumina mes yeux, et j'ai senti une voix posséder mon esprit. Et il sembla que ce fut le cas de tous les guerriers, Forgerage comme Barbe-gloire, et tous hurlèrent l'unisson. Moi aussi. J'ai vu des choses vraies. Des cauchemars vivants. La voix ne semblait pas s'arrêter et il était impossible pour moi de résister à son appel. Puis vint le chaos le plus totale. Je ne me souviens de rien, mais ceux qui ont résisté à cette force obscure me racontèrent que nous avons commencé à nous entretués sans distinction. Frère contre frère. Cousin contre cousin. Ami contre ennemi. La folie gagna toutes les troupes et les rares nains aillant encore leur tête prièrent les Ancêtres de faire cesser cette folie. Inutilement. Dans le brouhaha et l'effusion de sang, Torun en profita pour s'enfuir à travers les montagnes mais quelques courageux eurent l'audace de poursuivre ce traitre afin de l'arrêter, lui et son cube.


    "Une chose sans nom et sans visage."

    La suite, c'est le récit d'un de nos membres du clan qui me le conta. Un petit groupe, composé de trois nains - Baethril, Brynhildr et Dolhime - poursuivirent Torun à travers Hautevue, laissant les deux armées s'entretuer sans que rien ne puisse arrêter ce bain de sang. Le groupe emprunta un chemin enneigé, suivant des traces fraîches, avant de suivre une route qui semblait mener dans les tréfonds de la montagne. Rapidement, ils découvrirent une caverne isolée et désertée, imposante par sa taille et sombre par l'ambiance qu'elle dégageait. Sans perdre une seconde, tous les trois s'enfoncèrent dans les profondeurs, devinant que Torun s'y trouverait.

    En chemin, ils croisèrent quelques nains possédés par l'arme de Baguéclair et le combat s'engagea sur le champ. Etrangement, ils remarquèrent que certains nains pouvaient revenir à la raison après quelques coups, tandis que d'autres se contentaient de mourir jusqu'à la fin. L'un des survivants, mortellement blessé, avoua que Torun et son cube maléfique était en bas, invoquant un sombre pouvoir pour satisfaire la soif de puissance d'un maître inconnu. Ou le libérer.

    Rapidement, le trio s'engagea dans les sombres tunnels et découvrit le contremaître à genou, se tenant au centre d'une vaste salle rougeoyante avec le cube entre ses pognes. Des pans de lave tombaient de la voûte de pierre et un froid étranger se dégageait de l'immense salle. Tout semblait irréel. S'approchant avec prudence de Torun, ce dernier se redressa vivement et aboya quelques folies...

    "Il est trop tard ! Il sera libre ! Depuis si longtemps il est enfermé dans sa prison, forcé de survivre telle une essence distillée par des Titans d'un autre temps ! Il est l'incarnation d'un nouvel âge et il m'a dit la vérité. IL nous guidera vers l'élévation... mais pour cela, il faut brûler ce qui peut l'être et détruire le reste ! Alors, nous bâtirons ensemble un empire digne d'Azeroth ! DIGNE DE NOUS !"

    Maître ! Vous serez LIBRE ! ENFIN ! VENEZ A MOI ! A NOUS ! Des anciens temps noirs il renaît pour recouvrir de son ombre sage et bénie ce monde délétère. Du fond des âges il revit... et le Chaos vient avec lui.


    Après quelques échanges, le cube se mit à briller d'une énergie lumineuse, si bien qu'il commençant à disparaître. Torun lévita même quelques instants, jubilant de sa victoire. Puis ses cris de joies commencèrent à se muer en hurlement d'inquiétudes, puis de peur et d'effroi. A la fin, le contremaître s'en déchira les tympans tandis que son arme commençaient à le posséder par un feu dévorant. Par reflexes, le Cornefer décocha une flèche vers le malheureux mais elle devint cendre et poussière avant qu'elle ne toucha son but. Puis vint une idée. Alors que le cube se transforma en une bouge d'énergie pure et mystique, des éclairs étant même envoyés ici et là, dont un projetant Brynhildr au loin, Baethril se décida de viser le plafond avec une flèche d'incendicite, tout en prévenant les autres qu'il va falloir fuir rapidement...

    Visant le plafond, l'explosion fit vibrer la caverne et des gravas s'écroulèrent juste sur Torun et son cube. Le choc broya le nain et recouvrit la sinistre magie à l'oeuvre, si bien que la salle fut plongée dans le noir à cause de la poussière soulevée par l'effondrement d'une partie de la grotte. Pour avoir la certitude d'avoir terminé le contremaître, Dolhime suggéra d'envoyer une nouvelle flèche dans le tas de gravas afin d'enterrer définitivement ce fou. Chose que fit aussitôt le Cornefer. La seconde explosion remua la caverne, cette fois brisant toute sa structure. Des tremblements commencèrent à secouer les lieux et des fissures craquelèrent les murs rocheux. Mais alors qu'ils s'apprêtaient à fuir, des décombres surgit une créature innommable qui fit trembler de peur ces nains au cœur pourtant si courageux. Sans yeux ou bouche, gigantesque et visqueuse, le monstre déblaya les quelques roches à l'aide de tentacules massives.

    Dolhime balbutia un mot "Sans-visage" contemplant cette bête qui s'adressa dans une langue incompréhensible. Pourtant, il semble qu'elle pouvait communiquer par la pensée. Sa force d'esprit commença même à toucher l'âme du trio, mais ce dernier fut résistant et les guerriers décidèrent d'affronter cette chose sans nom. "Jusqu'à la fin" dit Brynhildr à ses camarades. Une stratégie simple se mit en place. Le bâtard Sombrefer devait attirer le monstre vers lui, reculant ainsi jusqu'à une fontaine de magma dans laquelle serait jeté le "Sans-visage", poussé par la jeune Scandefer et le Cornefer. Un plan osé, et Dolhime se mit à la tâche, frappant les jambes molles de cet être méprisable. Hélas, ce dernier n'avait rien d'un animal que l'on pouvait berner comme un ours, ou un sanglicorne. Jouant avec les races inférieures, il remarqua que le plafond de la voûte commençait à s'effondrer sur lui. Blessé par le demi-sombrefer, mais repoussant ce dernier avec un trait d'ombre terriblement puissant, le monstre invoqua un portail pourpre sous ses pieds et disparu aussitôt, comme avalé par la roche.

    Sous les cris rageurs de Baethril, lui et sa coéquipière foncèrent vers Dolhime en s'appercevant que le Sans-visage s'était enfuit avec une facilité déconcertante. Et sans même se battre. Peut-être que la créature tentaculaire n'avait pas jugé utile de tuer des insectes de notre espèce ?... Je ne sais pas. Ou avait-il peur, fuyant tel un lâche pour retrouver "le maître qui s'éveille dans les abysses". C'est là les rares mots qu'il avait prononcé clairement. Le trio s'enfuit rapidement de la grotte qui s'effondra d'un seul bloc, tout en récupérant le mystérieux cube qui gisait au sol. C'est Brynhildr qui se chargea de la ramasser, avec soins, l'enroulant dans sa cape. Plus tard, ils rentrèrent secoués et fatigués de ce combat face une entité du mal, inconnue et oubliée depuis des milliers d'années. Mais ils devaient maintenant retourner à l'avant-poste de Hautevue pour y constater les dégâts, et découvrir si la corruption et la folie avaient pris fin.


    "Les rares survivants Barbe-gloire fuirent la bataille, en déroute."

    Ce n'était pas un champ de bataille, mais un véritable charnier. En temps ordinaire, les armées reculent lorsque qu'une ligne cède, et les morts ne dépassent jamais les vingt guerriers. Mais là, les cadavres ne pouvaient être compter tant ils étaient nombreux. Les blessés hurlaient de partout, scandant nos Ancêtres ou les Vanuks. Les quelques survivants Barbe-gloire fuirent à la vue du groupe qui revint sur ces lieux désolés, cherchant du regard quelques nains encore en vie. Cette bataille n'en était pas une. Du moins, pas dans les termes de guerre. C'était là un carnage qui allait sans doute faire parler de lui pendant des années. Des siècles, même. Mais au moins, la folie qui avaient habiter les guerriers semblait s'être dissipée.

    Au loin, le chef nain qui menait l'armée Barbe-gloire beugla insultes et vengeances, claque les rênes de son bouc. Il menaça le clan de représailles sanglantes, et que les Barbe-gloire reviendraient en force !

    "Nous reviendrons, chiens de Forgerage ! Vous payerez pour cette magie impie et la mort des miens ! VOUS ENETENDEZ ?! NOUS REVIENDONS !"

    "Je suis le Jarl Hangus, le BOUCHER SANGLANT ! Retenez ce nom, misérables rats ! Car je reviendrai voler vos terres et massacrer chacun de vos fils et filles ! BARBE-GLOIRE VAINCRA !"


    Préférant laisser ce grognard filer avec sa troupe réduite à quelques nains, le trio s'activa à fouiller les corps. Un nouveau cor sonna derrière nos propres lignes. Les Scandefer venaient d'arriver en force et rapidement, les soldats de cette famille s'en allèrent aider ceux qui pouvaient l'être et sécuriser les lieux de ce massacre. Avec la mort de l'officier Brognefonte, c'est le père de Brynhildr, Astvar Scandefer, qui reprit la direction des troupes survivantes, ce dernier ayant quitté le Fort Scandefer en trombe. Il ordonna de soigner les soldats Barbe-gloire, afin de s'en servir de monnaie d'échange à l'avenir, et il fit de l'avant-poste un hôpital de campagne. Les prêtres des Anciens sont arrivés rapidement afin de soigner les nombreux blessés. Beaucoup deviendront des boitards, hélas... Moi-même, j'ai subi de lourdes blessures, et l'on m'a découvert au milieu de la désolation, étalée aux cotés de mes frères et sœurs que j'ai du... du. Pourfendre, ivre de folie. J'étais aveugle. Je ne me souviens de rien ou presque. Racheter ma faute et cette faiblesse sera mon fardeau pour le restant de mes jours.

    Mais au moins, nous avons repousser les Barbe-gloire et le Cube est définitivement arrêté. Torun est mort, et même si la créature qu'il a libéré de sa boite infernale est libre, je doute qu'elle revienne nous hanter. La menace actuelle reste le clan Barbe-gloire et les Démons de cette foutue Légion Ardente qui continuent de surgir partout sur Azeroth. Le clan reste sauf malgré les sacrifices consentis pour protéger nos traditions et nos terres. C'est un maigre réconfort.

    Mais avant cela, nous allons devoir étreindre nos défunts et leur accorder le Repos de Pierre dans les catacombes de Grakazum. Nous avons perdus tellement de guerriers en si peu de temps... C'est un coup dur pour nous, qui avons déjà eu la malchance de perdre quelques bons soldats au Rivage Brisé. Et la tempête ne semble pas prête à se calmer, même si pour la première fois depuis longtemps, je crois deviner une éclaircie qui cherche à poindre dans le ciel. Serait-ce un signe d'Hymdir ? Croire en lui est la seule chose à faire, en ces temps troubles, alors, je vais prendre ce signe comme un bon présage.

    Et malgré nos malheurs endurés, pour la première fois depuis bien longtemps, je me suis mise à sourire. Ou alors, c'est l'alcool que m'a fait boire le prêtre afin de soulager mes blessures ?...


    Fin de la campagne "Le Cube"



    _________________
    Le clan est en marche :

    Contenu sponsorisé

    Re: [Campagne - Terminée] Le Cube

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 26 Sep - 22:06